POLITIQUE QUALITE ET SECURITE DES SOINS

Engagée depuis 1994 dans une démarche d’amélioration continue de la qualité, la Clinique Notre Dame de la Merci s’est vu récompensée de ses efforts à deux reprises par l’obtention de sa certification en 2005 puis 2009. Celle-ci est la résultante de nombreux efforts fournis par les professionnels de la Clinique qui se sont mobilisés dans cette démarche.

Pour atteindre et maintenir le niveau d’exigence requis, la Clinique doit se fixer de nouvelles priorités déclinées dans la politique « Qualité et sécurité des soins » 2012-2016.

Les objectifs 2012-2016 de la Clinique Notre Dame de la Merci sont :

1. Respecter la règlementation en vigueur

Certification de l’établissement

1.1.    Confirmer la levée du suivi relatif au circuit du médicament

1.2.    Prendre en considération les remarques formulées dans le rapport de certification

1.3.    Mettre en place les actions proposées dans le cadre de l’autoévaluation

1.4.   Répondre en priorité aux Pratiques Exigibles Prioritaires

Visites de conformité

1.5.    Suivre les actions issues des visites de conformité

Autres engagements

1.6.   Respecter les engagements pris dans le cadre du CPOM

1.7.    Prendre en considération les remarques formulées dans le cadre de la CRU

2. Promouvoir les droits et l’information du patient

2.1.    Développer l’information, la participation et le consentement du patient (programme et actions d’éducation thérapeutique à l’utilisation des médicaments, à la douleur…)

2.2.   Mettre en place une réflexion éthique (création d’un comité d’éthique, formation du personnel, prévention de la maltraitance et promotion de la bientraitance…)

2.3.   Favoriser l’implication des usagers, leurs représentants et les associations (impliquer davantage les usagers au sein des instances et des groupes de travail, développer des partenariats avec des associations locales…).

3. Sécuriser le processus de prise en charge du patient

3.1.    Développer une identification fiable, cohérente et unique du patient (politique d’identitovigilance)

3.2.   Systématiser la traçabilité de la prise en charge dans le dossier du patient informatisé (politique du dossier du patient)

3.3.   Sécuriser le circuit du médicament (politique du médicament)

3.4.   Gérer les dispositifs médicaux et dispositifs médicaux stériles (politique des DM et DMS)

3.5.   Promouvoir la prévention et la lutte contre les infections nosocomiales (politique du risque infectieux)

3.6.   Développer les projets de soins personnalisés du patient par pathologie

3.7.   Lutter contre la douleur (politique de prise en charge de la douleur)

3.8.   Optimiser l’activité de stérilisation (politique stérilisation)

3.9.   Conduire une gestion des risques globale et coordonnée

4. Développer une culture qualité, sécurité et gestion des risques

4.1.   Promouvoir la formation du personnel en matière de démarche qualité, sécurité et gestion des risques (Certification, gestion des risques, outils de la qualité…)

4.2.   Privilégier une démarche participative (mise en place de groupes projet…)

4.3.   Favoriser la communication autour de la démarche qualité, sécurité et gestion des risques (Bulletin d’Information Qualité BIQ, Intranet, Internet…)

4.4.  Développer des outils en matière de démarche qualité, sécurité et gestion des risques.

5. Mettre en œuvre un dispositif d’évaluation

5.1.    Développer l’évaluation des pratiques professionnelles médicales, soignantes et paramédicales (politique Evaluation des Pratiques Professionnelles)

5.2.   Réaliser des évaluations organisationnelles et logistiques (linge, transport, restauration…)

5.3.   Mesurer la satisfaction des patients et des prestataires externes (questionnaire de satisfaction)

5.4.   Formaliser et suivre un tableau de bord d’indicateurs de pilotage (indicateurs nationaux, indicateurs internes)